Sipef est couronné family business de l’année

Sipef a été élu ce mercredi soir”Entreprise familiale de l’année”, dans le cadre du Family BusinessAward, organisé par EY, en partenariat avec L’Echo/De Tijd, Guberna etBNPParibas Fortis.

Le groupe agro-industriel Sipef, connu pour son activité de producteur d’huile de palme, a été élu ce mercredi soir “Entreprise familiale de l’année”. L’entreprise quasi-centenaire s’est ainsi classée devant le second lauréat, le wallon Eloy, actif dans la construction et les solutions en traitement des eaux.

Le jury a notamment loué Sipef pour son rôled’exemple dans les domaines de la durabilité et de l’entrepreneuriat, de mêmeque pour sa forte implication professionnelle familiale.

Sipef

“Une récompense grisante, mais aussi effrayante”, de par les responsabilités qu’elle implique, a souri la récipiendaire du prix, Priscilla Bracht, jeune administratrice représentant aussi au conseil ses deux sœurs, Victoria et Theodora, suite au passage de flambeau opéré courant 2016 par son père, le baron Theo Bracht.

“Mais aussi une reconnaissance de la nouvelle gouvernance” en place depuis lors: la holing familiale Ackermans & van Haaren (AvH) détient en effet 30,25% des actions du groupe, quand les trois filles Bracht en détiennent 12,30%, le reste étant en Bourse.

Gouvernance qui a permis à l’entreprise depeser un chiffre d’affaires de 321,6 millions de dollars en 2017, en hausse de20,5% en un an, grâce à 25.000 travailleurs actifs en Indonésie, enPapouasie-Nouvelle-Guinée et en Côte d’Ivoire.

L’historie de Sipef

Fondée en 1919 à Anvers, la Société Internationale de Plantations et de Finance (Sipef) est active dans la production d’huile de palme, caoutchouc, bananes et thé.

Elle a généré un chiffre d’affaires de 321,6 millions de dollars en 2017, en hausse de 20,5% en un an grâce à 25.000 travailleurs et à des plantations en Indonésie, en Papouasie-Nouvelle-Guinée et en Côte d’Ivoire, représentant quelque 64.185 hectares plantés (matures) au total.

AvH détient 30,25% des actions du groupe,quand les trois filles Bracht en détiennent 12,30% (le reste étant en Bourse).Un équilibre décidé en 2016, après un pas de côté du baron Theo Bracht.

Source: L’Echo

This post is also available in: Français

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*