Qui souhaite participer à Q-DNA pour promouvoir votre culture de la sécurité alimentaire?

La sécurité alimentaire figure depuis longtemps en tête des priorités de nos entreprises alimentaires. Mais là où l’accent était mis principalement sur les mesures réactives, il est désormais de plus en plus mis sur le contrôle préventif de la sécurité alimentaire. En d’autres termes, mieux vaut prévenir que guérir ! Afin d’aider les entreprises à cet égard, les universitaires et le secteur alimentaire unissent leurs forces dans le projet d’innovation Q-DNA. Nous nous sommes entretenus avec Liesbeth Jacxsens, professeure à l’UGent et chercheuse au sein de Q-DNA, au sujet de l’un des piliers du projet : l’importance de la culture de la sécurité alimentaire.

À table avec la professeure Liesbeth Jacxsens

Pourquoi une culture de la sécurité alimentaire est-elle si importante pour les entreprises alimentaires ?

« La mise en place d’une culture de la sécurité alimentaire est de plus en plus importante dans l’industrie alimentaire. Avec les systèmes d’autocontrôle et la certification des systèmes de sécurité alimentaire, nos entreprises alimentaires belges sont déjà très avancées, mais nous sommes prêts pour la prochaine étape. Aujourd’hui, nous devons reconnaître encore davantage l’importance des facteurs humains pour garantir l’hygiène et la sécurité alimentaire et leur accorder la priorité nécessaire au sein de la culture organisationnelle plus large d’une entreprise. 

Il est scientifiquement prouvé qu’une forte culture de la sécurité alimentaire contribue à la production de produits alimentaires sûrs. En outre, depuis mars de cette année, établir, maintenir et savoir prouver une culture de la sécurité alimentaire appropriée est inclus dans la législation européenne en matière d’hygiène et dans les cahiers des charges commerciaux. Les entreprises alimentaires sont donc obligées de s’y atteler. »

En quoi consiste exactement une culture de la sécurité alimentaire ?

« En substance, cela signifie que tout le monde, de l’opérateur au CEO, doit se préoccuper de l’hygiène et de la sécurité alimentaire. Nous voulons que le contrôle de la sécurité alimentaire ne soit plus seulement entre les mains du département qualité, mais qu’il devienne la responsabilité partagée de tous les membres de l’entreprise. Par exemple, il est important que les opérateurs communiquent à la direction les éventuels risques de sécurité alimentaire qu’ils observent dans la production et les CEO doivent également inclure la sécurité alimentaire dans les décisions politiques ou d’investissement. » 

Et comment procédez-vous au sein du projet Q-DNA ?

« Nous commençons par mesurer le statut actuel de la culture de la sécurité alimentaire dans les entreprises participantes. Cela se fait sur la base de cinq dimensions. Sur la base de notre diagnostic, nous élaborerons ensuite des stratégies d’intervention pour améliorer la culture de la sécurité alimentaire ou certaines de ces dimensions. »

5 dimensions pour mesurer la culture de la sécurité alimentaire

1. Engagement : tous les membres de l’entreprise regardent-ils dans la même direction ? 
2. Conscience des risques : chacun évalue-t-il correctement les risques ?
3. Communication : y a-t-il des formations régulières et une culture ouverte dans laquelle les problèmes peuvent être signalés ?
4. Ressources : le personnel, les infrastructures et les investissements sont-ils suffisants pour garantir la sécurité alimentaire ?
5. Leadership : y a-t-il des leaders à tous les niveaux qui peuvent donner l’exemple ?

Comment allez-vous continuer à guider les entreprises ?

« Nous disposons déjà de nombreux outils de mesure du climat et de la culture de la sécurité alimentaire, mais il y a encore peu de recherches scientifiques sur les stratégies d’intervention. Vous pouvez imaginer des interventions depuis votre laboratoire ou votre bureau, mais il faut encore pouvoir les appliquer concrètement. C’est pourquoi nous développerons nos stratégies dans le cadre d’études de cas en collaboration avec des entreprises. À la fin du projet, nous effectuerons une autre mesure pour évaluer les résultats des interventions. Nous envisageons le court, le moyen et le long terme. On n’améliore pas une culture en un jour. »

Avez-vous déjà pu faire des observations spécifiques ?

« D’après les recherches précédentes, nous pouvons constater que pour le pilier ‘conscience des risques’, il est important que les opérateurs reçoivent plusieurs formations par an pour voir une amélioration significative de la culture de la sécurité alimentaire. Si vous donnez votre formation standard sur la sécurité alimentaire une fois par an, vous n’y arriverez pas.

Nous pouvons également conclure que les entreprises ayant plusieurs sites disposent souvent d’un meilleur système de communication que les entreprises ayant un seul site. Ces entreprises ont déjà l’habitude de communiquer sur la sécurité alimentaire entre différents sites. La communication est un pilier important de la culture de la sécurité alimentaire. En effet, il est important de pouvoir soulever les questions de sécurité alimentaire. »

Que pensez-vous de la collaboration au sein de Q-DNA ?

« En tant que chercheurs, nous avons des concepts et des principes théoriques, mais nos laboratoires ici sont les entreprises. Grâce à Q-DNA, nous avons accès aux entreprises qui sont prêtes à s’ouvrir. J’espère donc que ce sera une situation gagnant-gagnant. Les entreprises sont plus dans la pratique, tandis que nous réfléchissons davantage à partir de nos concepts et théories. Et les deux ensemble forment le mélange parfait. »

A propos de Q-DNA

Q-DNA est un nouveau projet d’innovation du pôle d’innovation Flanders’FOOD en collaboration avec l’Université de Gand, Fevia et Alimento et avec le soutien de l’Agence flamande pour l’innovation et l’entrepreunariat (VLAIO).

Q-DNA a pour objectif global d’améliorer de manière significative le statut de la sécurité alimentaire des entreprises alimentaires en se concentrant sur deux piliers complémentaires, à savoir la technologie et l’organisation du travail. À cette fin, le projet développe des outils et des méthodes de pointe qu’une entreprise peut mettre en œuvre.

L’Université de Gand (avec les professeurs Frank Devlieghere, Liesbeth Jacxsens et Peter Vlerick) mène une étude et Flanders’FOOD, Fevia et Alimento diffusent ensuite largement ces connaissances. L’équipe s’appuie aussi sur les connaissances acquises lors de deux récents doctorats à l’Université de Gand, portant respectivement sur une nouvelle forme de validation des processus et sur la création d’une culture de la sécurité alimentaire. Ces deux aspects n’en sont encore qu’à leurs balbutiements dans l’industrie alimentaire.

Le projet a vu le jour à la suite d’une série de concertations avec plusieurs entreprises en 2020. Le projet débute le 1er avril 2021 et durera trois ans.

Comment participer ?

Vous souhaitez, en tant qu’entreprise alimentaire, participer à Q-DNA ? Inscrivez-vous ici

Le 21 mai 2021, l’équipe organise également un webinaire ouvert dans lequel elle expliquera une nouvelle fois le projet en profondeur. Inscrivez-vous ici

This post is also available in: Français

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*