L’impact de la déshumidification Munters sur la sécurité alimentaire :  

production in a chicken factory

Une étude scientifique souligne l’importance du séchage après la désinfection

Dans une récente étude menée dans l’un des plus grands abattoirs de volailles en Suède, l’efficacité de quatre méthodes de désinfection a été évaluée. La méthode utilisant un déshumidificateur Munters pour le séchage des caisses, en combinaison avec un désinfectant chimique, s’est révélée être le traitement le plus efficace. Cette étude a été publiée sur Science Direct.

Les secteurs tels que le bœuf, la volaille, le porc et la pâtisserie sont considérés comme des secteurs à haut risque.

Les caisses utilisées pour le transport de la volaille risquent de jouer un rôle dans la propagation de pathogènes tels que les bactéries Campylobacter et Entérobactérie, y compris Salmonella. Les caisses de transport sont souvent contaminées par des excréments et constituent un risque élevé. D’où la nécessité d’une procédure de nettoyage soigneuse, de l’application d’une méthode de désinfection efficace et d’une gestion adéquate de l’humidité.

Quatre tests ont été effectués. Deux des tests (A et B) ont utilisé des désinfectants chimiques traditionnels (l’hypochlorite de sodium, l’acide peracétique), tandis que les deux autres (C et D) ont introduit de nouvelles techniques, dont le séchage à l’air chaud des caisses (avec ou sans hypochlorite de sodium pour la désinfection finale). L’analyse était basée sur 40 écouvillons prélevés à chaque traitement, 20 après la phase de trempage et 20 après la dernière étape de désinfection.

Résultats

            | Test A (L’hypochlorite de sodium 0,5% [v/v]) : Réduction de 1,6 log avec un écart-type de 1,3.

            | Test B (Acide peracétique 0,5% [v/v]) : Réduction de 1,6 log avec un écart-type de 1,0.

            | Test C (déshumidificateur pendant 2 heures, sans désinfectant) : Réduction de 1,7 log avec un écart-type de 1,5.

            | Test D (déshumidificateur pendant 2 heures, L’hypochlorite de sodium 0,5% [v/v]) : La plus forte réduction de 3,8 log avec un écart-type de 1,2.

Le test où les bactéries ont été le plus fortement réduites était celui où les caisses ont été séchées au moyen d’un déshumidificateur Munters après l’application de l’hypochlorite de sodium (désinfection).

Figure 1: Comptages moyens de bactéries aérobies totales (log CFU/mL) détectées sur  des prélèvements dans les caisses de transport de poulet avant (pré-) et après (post-) le nettoyage dans les tests A-D.

Découvertes scientifiques

Au cours de chaque test, l’intérieur des caisses a été échantillonné. Dix échantillons avant et dix après ont été prélevés pendant deux jours consécutifs, soit un total de 80 échantillons avant et 80 échantillons après. Avant le nettoyage et la désinfection des caisses, le nombre total d’entérobactéries variait de 2,0 à 6,2 log CFU/ml, avec des moyennes respectives de 4,5, 4,3, 4,8 et 4,1 log CFU/ml dans les tests A, B, C et D. La réduction ­moyenne la plus significative des entérobactéries, soit 3,8 log, a été obtenue dans le test D.

Trois étapes cruciales

Les résultats de cette étude montrent que la combinaison du séchage à l’air chaud et de la désinfection chimique réduit considérablement la quantité de micro-organismes dans les caisses de transport de volaille.

Technologie de déshumidification Munters pour l’industrie alimentaire.

Elle réduit dès lors le risque d’introduction à la fois de Campylobacter et d’entérobactéries. Ce qui s’est avéré efficace pour le nettoyage des caisses peut être appliqué dans l’ensemble de l’industrie alimentaire, en particulier dans les espaces et les équipements qui sont régulièrement nettoyés et où la contamination bacté­rienne pose problème

Le séchage après le nettoyage et la désinfection s’avère extrêmement efficace pour l’élimination de Listeria monocytogenes *

L’article dans l’ « International Journal of Food Microbiology »** soutient que le contrôle de l’humidité relative (HR) est d’une grande importance dans la lutte contre Listeria monocytogenes. Le séchage après le nettoyage et la désinfection se révèlent extrêmement efficace pour l’élimination de Listeria monocytogenes.

Les scientifiques ayant participé à cette étude ont examiné l’influence des variations d’humidité de l’air sur la survie de Listeria monocytogenes, un micro-organisme pathogène dans l’industrie alimentaire. Leurs conclusions démontrent que l’introduction d’une étape de séchage après chaque nettoyage et désinfection s’est avérée être une stratégie efficace. Cette étape a optimisé l’efficacité globale des procédures et a réduit les populations cultivables de Listeria monocytogenes.

L’article met en avant le potentiel de l’humidité relative (HR) en tant que paramètre efficace pour maîtriser le développement de cette bactérie. Le travail conclut que la maîtrise des niveaux d’HR est efficace dans la destruction de L. monocytogenes, offrant des perspectives pour améliorer l’hygiène dans les zones de production alimentaire.

* La Listeria monocytogenes est une bactérie responsable de la listériose. Les épidémies de listériose sont souvent associées aux aliments car, contrairement à d’autres bactéries, la L. monocytogenes est capable de se développer à la température du réfrigérateur. Cette caractéristique, combinée à sa capacité à former un biofilm, rend difficile le contrôle de ce pathogène pour l’industrie agroalimentaire.

** https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0168160516306602

Les chercheurs ont conclu que le contrôle de l’humidité relative est efficace pour détruire Listeria monocytogenes.

Oude Baan 3 | 2800 Mechelen

+32 15 285 611

be.info@munters.com | www.munters.com

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*