Les fournisseurs d’Europe occidentale de plus en plus confrontés à des retards de paiement de leurs factures, selon une étude d’Atradius

Dans l’édition d’octobre 2018 du Baromètre Atradius des pratiques de paiement pour l’Europe occidentale, une enquête basée sur les informations fournies par environ 3.000 fournisseurs nationaux et exportateurs de 13 pays (Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Espagne, France, Grande-Bretagne, Grèce, Irlande, Italie, Pays-Bas, Suède et Suisse), plus de personnes interrogées que l’année dernière (58% contre 56% un an plus tôt) ont déclaré avoir connu des difficultés financières en raison de retards de paiement de leurs clients B2B.
En moyenne, près de 42% de la valeur totale des créances B2B des entreprises d’Europe occidentale interrogées a été payée en retard, contre 41% l’année dernière.

Au niveau national, les fournisseurs interrogés en Italie et en Grèce ont été les plus durement touchés (en moyenne, près de la moitié de la valeur totale de leurs factures B2B était en souffrance). Les plus touchés par les retards de paiement des clients étrangers étaient les fournisseurs en Grande-Bretagne et en France (53% de la valeur totale des ventes à l’exportation britanniques et 51% des ventes à crédit à l’exportation françaises auraient été impayées à la date d’échéance). Les retards de paiement des clients B2B se traduisent par un DSO plus long, ce qui peut avoir un impact négatif sur les liquidités des entreprises et augmenter le risque de crédit commercial B2B. D’après l’étude Atradius, au cours de l’année écoulée, les plus fortes hausses de DSO ont été enregistrées aux Pays-Bas (46 jours, contre 41 jours) et en Grande-Bretagne (35 jours, contre 31 jours).


En moyenne, près de 42% de la valeur totale des créances B2B des entreprises d’Europe occidentale interrogées a été payée en retard, contre 41% l’année dernière. Au niveau national, les fournisseurs interrogés en Italie et en Grèce ont été les plus durement touchés (en moyenne, près de la moitié de la valeur totale de leurs factures B2B était en souffrance). Les plus touchés par les retards de paiement des clients étrangers étaient les fournisseurs en Grande-Bretagne et en France (53% de la valeur totale des ventes à l’exportation britanniques et 51% des ventes à crédit à l’exportation françaises auraient été impayées à la date d’échéance). Les retards de paiement des clients B2B se traduisent par un DSO plus long, ce qui peut avoir un impact négatif sur les liquidités des entreprises et augmenter le risque de crédit commercial B2B. D’après l’étude Atradius, au cours de l’année écoulée, les plus fortes hausses de DSO ont été enregistrées aux Pays-Bas (46 jours, contre 41 jours) et en Grande-Bretagne (35 jours, contre 31 jours).

En Belgique, le pourcentage de factures B2B échues domestiques et étrangères a augmenté pour la troisième année consécutive. D’après les fournisseurs belges, les retards de paiement sont principalement survenus en raison de la disponibilité insuffisante de trésorerie et de l’utilisation des factures ouvertes comme forme de financement par les acheteurs. 92,5% des participants en Belgique ont rapporté que leurs clients B2B payent avec du retard. Bien que ce chiffre soit en diminution par rapport au 93,6% de 2017, la Belgique connaît toujours un des pourcentages les plus élevés de la région.

This post is also available in: Français

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*