L’Apaq-W change de cap en intégrant tous les acteurs de la filière


L’Apaq-W change de statut, et ce n’est pas une simple péripétie administrative: en se plaçant sous la surveillance d’un Conseil d’Administration où sont représentés producteurs agricoles, transformateurs, distributeurs et consommateurs, elle se dote enfin d’outils de gouvernance en prise sur la réalité.

Voilà quelque chose que j’attendais depuis 25 ans !” Le Ministre wallon de l’Agriculture, René Collin, ne cachait pas sa satisfaction ce 16 janvier sur le coup de midi, en présentant à la presse la réforme de l’Agence Wallonne pour la Promotion d’une Agriculture de Qualité (Apaq-W). Un organisme qui avait jusqu’ici le statut d’Organisme d’Intérêt Public (OIP) de type A, et qui est devenu le 1er janvier dernier une Unité d’Administration Publique (UAP) de type 2. Un langage administratif qui ne vous dit rien ? Peu importe: voici l’essentiel: l’Apaq-W est toujours menée par un Directeur Général, Philippe Mattart, qui définit les grandes orientations stratégiques avec le Ministre de l’Agriculture, et vérifie avec le Gouvernement la conformité des actions en regard de la législation et de l’intérêt général. Mais c’est désormais à un Conseil d’Administration qu’est confiée la mission de proposer le plan opérationnel de l’Agence. Et ce Conseil d’Administration, évolution plus que positive, se compose de 15 membres, dont des représentants du monde agricole, des consommateurs, de l’industrie (à travers FEVIA) et de la distribution (à travers COMEOS).

Depuis plusieurs années, le monde agricole était demandeur d’une implication plus directe dans la politique de promotion. Tous les acteurs, liés directement ou indirectement au monde agricole et horticole, sont présents dans le conseil d’administration, qui se compose de 15 membres, nommés par le Gouvernement wallon.” précise-t-on à l’APAQ-W. “Les parties représentées au CA, à commencer par les organisations agricoles, accueillent avec joie le changement de statut de l’Apaq-W, qu’elles revendiquaient de longue date.

Ce que confirme le Ministre Collin, en rappellant la première tentative menée il y a un quart de siècle, alors qu’il était le chef de cabinet du Ministre Guy Lutgen. Il y en eut d’autres entretemps – la dernière en 2014 – mais sans succès. Ce n’est finalement qu’en 2017 qu’un terrain politique favorable permit d’engager cette réforme qui vient d’aboutir, et qui offre à l’Agence bien plus d’autonomie pour mener sa mission de promotion au quotidien. “Il est assez rare qu’un ministre cherche à diminuer son pouvoir” lance en boutade René Collin, en soulignant aussitôt la logique de cette réforme:  “Les agriculteurs intègrent désormais le Conseil d’Administration. (…) Je qualifie cette évolution comme naturelle. Il est légitime que la profession décide elle-même de la manière dont l’agriculture doit être promotionnée“.

L’Agence peut désormais aussi intervenir à l’étranger

A noter: l’Apaq-W peut désormais également mener des opérations de promotion des produits agricoles wallons à l’étranger. Dans la limite de ses moyens, bien entendu. On peut les chiffrer: le budget de l’agence s’élève à €8,3 millions, dont 5,3 millions de dotation de la Région, le solde étant fourni essentiellement par les cotisations obligatoires  des producteurs (ceux de la filière laitière en ont été temporairement dispensés).  Plus globalement, si le Ministre garde la tutelle sur l’Agence, il souhaite manifestement éviter les rigidités inutiles qui l’empêcheraient de mener à bien sa mission. “Jusqu’ici, toute dépense supérieure à 6.000 euros devait par exemple être validée par le Ministre. Ce n’est peut-être pas vraiment indispensable, pour des dépenses relativement modestes.”  Et d’autant moins que le Conseil d’administration, lui-même lié par un contrat de gestion avec le Gouvernement, est en charge de veiller au fonctionnement de l’Agence.

7 priorités pour 2019… 

Philippe Mattart, Directeur général de l’Apaq-W, se félicite lui aussi que le nouveau statut de l’Agence permette à tous les acteurs de l’agriculture, de l’horticulture et du secteur agroalimentaire de participer concrètement aux orientations de l’Agence. Il décrit aussi les 7 priorités que l’Apaq-W s’est fixée pour 2019.

  1. Développer un plan de communication multi-produits, visible notamment à travers des programmes TV ( Grill Masters, OK Chef, le Beau Vélo de Ravel) ou la Quinzaine des produits locaux.
  2. Lancer une campagne destinée à valoriser l’image de l’agriculture wallonne et son impact vertueux sur notre territoire.
  3. Valoriser et soutenir les démarches agricoles wallonnes en faveur de la transition écologique.
  4. Poursuivre la modernisation des moyens d’actions de l’Apaq-W notamment via le recours au numérique et s’appuyer sur des ambassadeurs ou influenceurs ainsi que sur les réseaux sociaux;
  5. S’appuyer sur les cofinancements européens, de manière autonome ou en collaboration avec d’autres partenaires (VLAM, AWEX). Une campagne de promotion est prévue autour de la viande bovine dans la péninsule arabique, et un projet franco-wallon autour de la filière bio est en attente d’approbation.
  6. Renforcer le rôle de l’Apaq-W en tant qu’acteur de matching entre les professionnels de l’agriculture et de l’horticulture et les autres acteurs économiques.
  7. Renforcer la capacité de l’Apaq-W à mieux cerner le profil des consommateurs ou les réalités des marchés, en n’hésitant pas à travailler de concert sur ce chantier avec les collègues flamands du VLAM.

Une agricultrice à la tête du CA

C’est Marianne Streel, Présidente de l’Union des Agricultrices Wallonnes, qui est nommée Présidente du Conseil d’Administration. Dominique Jacques (Union Nationale des Agrobiologistes Belges) est Vice-Président. La liste complète des 15 membres effectifs du CA et de leurs suppléants est reproduite dans le visuel ci-dessous.

This post is also available in: Français

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*