L’AFSCA a décidé de remettre une autorisation conditionnelle à Ferrero

L’AFSCA a décidé de remettre à Ferrero une autorisation conditionnelle pour leur usine de production d’Arlon. « L’autorisation conditionnelle de l’usine Ferrero d’Arlon est la première étape vers une autorisation finale », disait le Ministre fédéral de l’Agriculture, David Clarinval,

David Clarinval

Fin mars – début avril, des consommateurs sont tombés malades après avoir consommé des produits au chocolat de la marque Kinder. Suite à des enquêtes épidémiologiques et l’analyse d’échantillons, un lien a été établi avec l’usine Ferrero d’Arlon. L’AFSCA avait alors immédiatement entamé une enquête approfondie chez Ferrero à Arlon et décidait le 8 avril de retirer l’autorisation de cette usine et de procéder au rappel de l’entièreté des produits de la gamme Kinder issus de ce site de production.

Autorisation conditionnelle

Au mois de mai, Ferrero introduisait après de l’AFSCA une demande d’autorisation pour pouvoir produire à nouveau.L’AFSCA a décidé de remettre à Ferrero une autorisation conditionnelle pour leur usine de production d’Arlon. Cette autorisation conditionnelle sera accordée pour une période de 3 mois. Durant cette période, les matières premières, ainsi que chaque lot de denrées alimentaires produites seront analysés. Ce n’est que si ces analyses donnent un résultat conforme que les produits pourront être mis sur le marché.

Cette décision survient à l’issue de plusieurs semaines d’analyses approfondies durant lesquelles l’AFSCA a procédé à plusieurs contrôles sur place tant au niveau des procédures internes mises en place par Ferrero que de l’infrastructure de l’usine. L’AFSCA est d’avis que, dans l’état actuel des choses, Ferrero offre les garanties nécessaires de conformité aux règles et exigences en matière de sécurité alimentaire.

Inspections pendant 3 mois

(copyright: Vincent LORENT)

Néanmoins, l’AFSCA a opté pour une autorisation conditionnelle car l’Agence estime qu’il est indispensable de pouvoir vérifier l’application concrète de toutes les procédures internes une fois que l’usine aura repris ses activités de production. En cas de résultats d’inspections favorables à l’issue de cette période de 3 mois, une autorisation définitive pourra être délivrée.

De son côté, le Ministre fédéral de l’Agriculture, David Clarinval, en charge de l’AFSCA, se réjouit de l’avancement favorable du dossier : « Je salue le travail de qualité réalisé par l’AFSCA dans ce dossier compliqué. L’autorisation conditionnelle de l’usine Ferrero d’Arlon est la première étape vers une autorisation finale. Je continuerai à suivre de près les évolutions dans ce dossier. »

Photo: Wikimedia Commins

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*