Interdiction du dioxyde de titane (E171) : les entreprises alimentaires investissent dans des solutions alternatives sûres

Suite à un avis négatif de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), les entreprises alimentaires ne pourront plus utiliser l’additif dioxyde de titane (E171) comme colorant dans les produits alimentaires à partir du 8 août 2022. Fevia, la fédération de l’industrie alimentaire belge, souligne que la sécurité alimentaire reste la première priorité des entreprises alimentaires, qui font tout leur possible pour développer des solutions sûres avant la fin de la période de transition. 

Pour Fevia, l’avis de l’EFSA reste toujours le point de référence pour déterminer quels additifs peuvent être utilisés sans danger dans les aliments. « La sécurité alimentaire reste la première priorité de nos entreprises, donc lorsque l’EFSA indique qu’elle ne considère plus un additif comme sûr, nous prenons évidemment des mesures. Ces dernières années, de nombreuses entreprises ont déjà cherché et trouvé de manière proactive des solutions alternatives sûres au E171. Pour d’autres applications, cela semble plus difficile et nécessitera des investissements supplémentaires dans l’innovation au cours des prochains mois », déclare Bart Buysse, CEO de Fevia.

Le dioxyde de titane, présent dans la nature comme élément minéral, est utilisé dans l’industrie alimentaire comme agent blanchissant dans certains produits alimentaires, par exemple, comme couche de fond sous la couche de couleur des bonbons et dans le chewing-gum. Certaines études scientifiques établissent un lien entre la forme nanométrique du dioxyde de titane, dans laquelle la substance est présente en minuscules particules, et divers risques pour la santé. L’EFSA a donc procédé à une nouvelle évaluation de la sécurité sur la base de recherches scientifiques pertinentes.

À la suite de cette nouvelle analyse, l’EFSA a indiqué en mai 2021 que le E171 ne pouvait plus être considéré comme sûr lorsqu’il est utilisé comme additif alimentaire. Tant Fevia que le SPF Santé publique ont immédiatement conseillé aux entreprises alimentaires de chercher des solutions alternatives. La Commission européenne, quant à elle, a pris à cœur l’avis de l’EFSA et a publié en janvier une interdiction de l’utilisation du dioxyde de titane dans les denrées alimentaires, qui prendra effet le 8 août 2022.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*