Inbev: le dividende divisé par deux

Anheuser-Busch InBev a déclaré jeudi qu’il allait diviser par deux son
dividende, le premier brasseur mondial réagissant ainsi à un net
recul de ses ventes aux Etats-Unis et au Brésil ainsi qu’à un
bénéfice légèrement en dessous des attentes, des annonces qui
font plonger le titre en Bourse.

Vers 10h00 GMT, l’action AB InBev chutait de 9,36% à 65,59 euros à Bruxelles, accusant le deuxième plus forte baisse de
l’indice Euro et tirant vers l’indice regroupant les valeurs agro-alimentaires européennes(-1,06%).

Les pertes

Cela porte à plus de 29% les pertes de l’action AB InBev depuis le début de l’année après un recul de 7,4% en 2017 contre
respectivement -5,8% et +10,4% pour l’indice sectoriel.
Le groupe belge, fabricant des bières Budweiser, Stella
Artois et Corona, a précisé qu’il verserait un dividende total
de 1,80 euro par action pour l’exercice 2018, soit la moitié du
montant de l’année dernière.

Dettes


Cela lui permettra d’économiser environ quatre milliards de
dollars qui serviront à rembourser une partie de sa dette qui
s’élève à 108,8 milliards de dollars (95,3 milliards d’euros) à
la suite du rachat en 2016 de SABMiller pour quelque 100
milliards de dollars.
“Au cours des six derniers mois, nous avons constaté
beaucoup de volatilité (sur les effets de change). Cela entraîne
une certaine incertitude et à un moment donné (…) nous avons
pensé que le moment était bien choisi pour ajuster le
dividende”, a déclaré Felipe Dutra, le directeur financier du
groupe.

Croissance modestes


Le brasseur estime qu’il pourra renouer avec la croissance
du dividende dans un an ou deux, tout en soulignant que celle-ci
sera modeste à court terme en raison du poids de la dette.
Le bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciations et
amortissements (Ebitda) à périmètre comparable a progressé de
7,5% à 5,36 milliards de dollars au troisième trimestre. Le
consensus Reuters tablait sur 5,71 milliards de dollars. Le
bénéfice par action s’est établi lui à 0,82 dollar, contre un
consensus à 1,03 dollar.

Zone de comfort


Trevor Stirling, analyste chez Bernstein Research, estime
que la réduction du dividende fait sens, car elle permettra sans
doute à AB InBev de revenir fin 2019 dans une “zone de confort”
où la dette représentera quatre fois l’Ebitda. Au premier
semestre, ce ratio était de 4,87.

Les Etats-Unis


Aux Etats-Unis, premier marché d’AB InBev, le bénéfice a
reculé sous le coup d’une hausse du coût des matières premières,
essentiellement celui de l’aluminium.
Les ventes de bières en volume ont également baissé, mais le
chiffre d’affaires a été soutenu par la hausse des prix et la
demande pour les marques haut de gamme.

Brésil, l’ Afrique du Sud et l’Argentine

Au Brésil, deuxième marché du brasseur belge, les ventes de
bières ont aussi fléchi en raison de la dégradation de la
confiance du consommateur sur fond de stagnation du pouvoir
d’achat.

En Afrique du Sud, nouveau marché du groupe, le bénéfice a
baissé, le prix des bières haut de gamme étant inaccessible à la
plupart des consommateurs.

En Argentine, AB InBev a comptabilisé une charge liée à l’hyperinflation.

This post is also available in: Français

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*