Greenyard démontre une forte et constante reprise

En raison des mesures de quarantaine COVID-19 et du transfert ultérieur des volumes des services de restauration (consommation hors foyer) vers les détaillants alimentaires, la demande des clients et des partenaires de Greenyard dans les segments frais et long frais a fortement augmenté. Cette augmentation entraîne une complexité et des coûts supplémentaires dans la chaîne d’approvisionnement (augmentation des prix d’achat, de transport et de transformation), mais en fin de compte, l’impact sur les résultats financiers est positif. Son plan de transformation se poursuit avec succès. Il a donc relevé ses prévisions d’Ebidta pour l’exercice en cours. Le titre grimpait de 12% en début de séance.

La transformation de Greenyard se poursuit avec vigueur. La revitalisation des volumes et des marges, la rationalisation et l’amélioration de l’organisation, un contrôle strict des coûts et l’amélioration de l’efficacité opérationnelle dans des domaines tels que la logistique, sont en cours de mise en œuvre. Greenyard prend également des mesures supplémentaires pour étendre ses partenariats à long terme.


Sur la base d’un premier aperçu des résultats préliminaires et non vérifiés de l’exercice 2019/2020, Greenyard prévoit que le chiffre d’affaires net pour son exercice 2019/2020 s’élèvera à environ 4 050 millions d’euros. Déjà avant que le COVID-19 n’induise une augmentation du volume, une croissance des ventes nettes d’environ 2,4 % était apparente.

La dete nette


La dette nette a également été réduite de plus de 25 millions d’euros et s’élevait à environ 430 millions d’euros à la fin du mois de mars. Ce chiffre dépasse les attentes, d’autant plus que plusieurs désinvestissements n’ont pas encore été réalisés, en raison également des conditions du marché pendant la COVID-19.

Les prévisions d’Ebidta

Greenyard avait annoncé un objectif d’EBITDA ajusté (avant la norme IFRS 16) compris entre 88 et 93 millions d’euros. Sur la base d’un premier aperçu des résultats préliminaires et non vérifiés, Greenyard prévoit de terminer l’exercice financier avec un EBITDA ajusté (pré-IFRS 16) compris entre 93 et 95 millions d’euros. Cela inclut un effet positif d’environ 1,5 à 2 millions d’euros provenant de volumes plus élevés induits par les effets de COVID-19 en mars 2020. En revanche, l’augmentation des prévisions inclut également un résultat opérationnel négatif exceptionnel et inattendu d’environ 3,5 millions d’euros pour notre activité Fresh en France, en raison de l’exécution des dernières étapes du plan de transformation.


Dans cette optique, les nouvelles prévisions d’EBITDA ajusté constituent une base solide pour une croissance autonome supplémentaire des résultats de Greenyard.

This post is also available in: frFrançais

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*