Brugse Zot investit 20 millions d’euros dans une nouvelle usine d’embouteillage

16 août 201814:05

On ne peut parler de l’investissement le plus “zot” (fou) mais il est quand même conséquent, surtout après celui opéré pour l’aménagement sous la ville de Bruges du “pipeline de la bière”. Le brasseur historique brugeois De Halve Maan (Brugse Zot et Straffe Hendrik) annonce investir 20 millions d’euros dans la construction d’une nouvelle usine d’embouteillage. Un investissement nécessaire, explique-t-il, pour pouvoir soutenir ses ventes.

En à peine 13 ans, le brasseur affiche un chiffre d’affaires de 13 millions et une production annuelle de 53.000 litres. Xavier Vanneste, le CEO, a certes déjà veillé à promouvoir la croissance. La capacité de la production a ainsi été étendue. Il s’attaque désormais au problème de capacité de sa bouteillerie.

L’ancienne usine tournera encore jusqu’en 2020 d’ici là, le nouveau site devra être opérationnel. “Nous tablons sur une capacité de 24.000 bouteilles et 180 fûts par heure, soit trois fois plus qu’actuellement”, explique le CEO. À terme, De Halve Maan veut atteindre la production et la vente annuelle de 100.000 hectolitres. La construction de l’usine sera financée par le brasseur avec le soutien des autorités flamandes et de prêts bancaires.

C’est sous son impulsion aussi qu’en 2014, le brasseur trouve une solution à son confinement dans le centre historique de Bruges, ses petites rues, ses pavés. Pour faciliter l’acheminement de sa production de bière située dans le centre vers son site d’embouteillage en périphérie, il construit une canalisation souterraine de 3 kilomètres. Ce pipeline voit transiter chaque année jusqu’à 4 millions de litres de bières. Arrivée de l’autre côté, la bière est filtrée, embouteillée, conditionnée et stockée avant d’être livrée.

This post is also available in: Nederlands Français (Frans)